Archigraphie process : le draw-bot

Dans le cadre de mon projet Archigraphie aux Archives de Rennes, j’ai fait l’acquisition  d’une machine de traçage vertical, le draw-bot Polargraph. Il s’agit d’une invention Open-Source qui permet de dessiner sur supports lisses des images de grands formats, à l’aide de feutres. Les documents iconographiques sont préalablement travaillés sur ordinateur et convertis en vecteurs, qui se traduisent par une abscisse et une ordonnée. Les moteurs vont ainsi déplacer la gondole et le feutre sur un support fixé au mur, et permettre une reproduction « sensible » qui allie le numérique aux outils d’écriture manuscrite.
La machine ne se maîtrise pas facilement, et de l’erreur naissent des pistes graphiques inespérées !
Pour en savoir plus sur le procédé : http://www.polargraph.co.uk/
Mon site internet : http://maculanigra.tumblr.com/

Publicités

Les Horizons

Dans le cadre de la résidence, j’ai commencé intuitivement mes recherches par la figure majeure de l’architecture moderne rennaise, Georges Maillols, qui a fait don de son fonds aux Archives de Rennes (cote 14 Z).
L’idée de cet objet est de créer un jeu de construction s’inspirant formellement des boîtes de conservation, et reprenant les plans d’élévation de l’immeuble des Horizons (14 Z 54), emblématique de son œuvre et premier Immeuble de Grande Hauteur français (1970). Ce jeu devrait également être utilisé comme scénographie pour y présenter des documents et éditions relatifs à la conception et à la construction du bâtiment lui-même.

Premières recherches iconographiques

Après un accueil chaleureux , l’équipe des Archives nous a fait une présentation des fonds et des protocoles de recherche. J’ai donc entamé mes recherches autour de la ville et des ses architectures modernistes, en commençant par l’incontournable Georges Maillols (Fond 14Z). Le pilon nous a aussi réservé de belles surprises, notamment avec un stock de diapositives et d’ektachromes voués à la destruction. C’est un début, mais des pistes de travail se profilent déjà !

Loïc Creff

BLACK ROOM - Collage sur papier, 30 x 30 cm, Macula Nigra, 2015.

BLACK ROOM – Collage sur papier, 30 x 30 cm, Macula Nigra, 2015.

Mon travail, sous le nom de Macula Nigra, revisite le savoir encyclopédique du siècle passé en puisant dans toutes sortes d’iconographies. Les collages et les estampes qui en découlent sont conçus comme des construc­tions oniriques de papier qui traitent d’utopie et de dystopie, des postures de l’homme dans son environnement, et plus largement de la place de l’image dans nos sociétés. Mes sources pic­turales favorites proviennent d’ouvrages chinés, débusqués au détour d’un bouquiniste ou d’une braderie, mais aussi de recherches en ligne. Elles retracent en images les grandes aventures du XXe siècle : les utopies modernistes dans le domaine de l’architecture, de la découverte du monde et de ses biotopes, des parutions encyclopédiques sur les avancées technologiques…
Au sein des Archives de Rennes, je m’attellerai à décloisonner les documents “exhumés” avec l’aide du personnel pour créer des compositions graphiques, des mises en abîme inspi­rées de la ville et de son histoire, qui seront ensuite affichées dans l’espace public.
Je suis membre de l’atelier La Presse Purée et du collectif Le Marché Noir, où je pratique principalement la sérigraphie de manière expérimentale et monotype sous des formes éditoriales diverses.
Voir la note d’intention de Loïc Creff
Voir le site internet de Loïc Creff : Macula Nigra